Annonce de Séries Parlotte

Merci de vous inscrire et de participer, c'est ce qui fait vivre un forum. N'hésitez pas à proposer une nouvelle série.
Si vous avez des problèmes de connexion, n'hésitez pas à consulter ce sujet ici.

Afin d'encourager nos invités à venir nous rejoindre et à se présenter, un système de privilège des membres enregistrés a été mis en place.
Seuls les membres bénéficieront d'informations clés mais aussi d'une absence de cette annonce et d'un thème graphique autre que celui-là.
Aucune publicité en haut également !


Pour aider le Staff à améliorer son service d'information, n'hésitez pas à postuler au rang de rédacteur journaliste !


[Hawaï 5-0] Episode 1 : Nouvelle vie

Forum regroupant l'ensemble des fanfictions de Séries Parlotte ! Postez votre création, discutez en et améliorer le tout. Exprimez votre créativité !
Règles du forum
Les règles de cette section n'excluent pas l'application des règles générales du forum. Vous pouvez les consulter en cliquant ici.

Les discussions se passent dans le forum en lien. Aucun post excepté celui des auteurs pour leurs fictions sont autorisés ici.

Merci de mettre comme titre : [nom de la série] titre de votre fanfiction

[Hawaï 5-0] Episode 1 : Nouvelle vie

Messagepar Leeloo » Mer 17 Déc 2014 06:40

Pohang, Corée du Sud.

Des camions militaires sortaient d'une base cachée à l'intérieur d'une montagne. Deux jepps servant d'escorte au camion blindé.
- QG, rapport de situation. A vous.
- Détenu sous la garde du Commandant McGarrett. A vous.

Steve McGarrett était assis à l'arrière face au prisonnier avec deux autres gardes. Le détenu avait les mains attachés devant lui par un lien en plastique. Il bougeait ses mains l'une contre l'autre pour essayer de se libérer sans être vu. Il faisait une petite grimace quand le plastique lui rentrait légèrement dans la peau. Une goutte de sang commença à perler.
- Ça c'est marrant. Tu n'as pas l'air d'un Hawaïen, s'exclama le prisonnier.

Steve lui jeta un vague coup d’œil, un sourire flottant sur les lèvres. Il se pencha légèrement vers le détenu.
- Tu vas nous dire tout ce que tu sais, Anton, dit-il.
- Pourtant, tu es né sur l'île et tu y as grandi, répliqua le prisonnier.
- Le nom de chaque fournisseurs qui vous vendaient des armes, de chaque groupuscules terroristes à qui vous les refourguiez, chaque associés et chaque clients de votre trafic.
- Tu n'en as jamais eu marre de nous chercher partout pendant cinq ans comme un vulgaire toutou. Tu ne t'es jamais dit que nous aussi on pouvait s'occuper de toi.

Anton faisait comme si il n'entendait pas les questions du jeune homme. Le téléphone portable de Steve se mit à sonner dans sa poche. Il le sortit sans lâcher des yeux son prisonnier. Il jeta un regard sur l'écran. Son père.
- Tu ne décroches pas pourtant tu ne parles pas à ton père si souvent que ça.

Steve redressa vivement la tête et fusilla du regard l'homme assis en face de lui. Ils s'affrontèrent du regard un instant avant de décrocher son téléphone.
- Papa.
- Salut Champion, répondit son père.
- Tout va bien.

Il ne lâchait pas des yeux son prisonnier qui lui faisait un petit sourire en coin. Il sentait une pointe d'inquiétude s’insinuer au plus profond de lui.



Maison des McGarrett, O'ahu, Hawaï.

John était ligoté à une chaise. Du sang séché collait ses cheveux cendrés. Tout le côté droit de sa tête était transformé en un énorme hématome. Un homme se tenait debout derrière lui et pointait le canon d'un pistolet collé sur sa tête. De l'autre main, il tenait le téléphone près de l'oreille de John.
- Tu connais ces minables, Steve, balbutia-t-il.

L'homme reprit le téléphone en mettant un coup de crosse de pistolet sur l'épaule de son prisonnier. John tomba sur le sol.
- Je sais de qui tu tiens ta tête de mule maintenant, répliqua Victor.



Pohang, Corée du Sud.

Steve fit un signe au garde près de lui pour avoir de quoi écrire. Il griffonna rapidement l'adresse de son père. Il souligna deux fois le mot rapide avant de rendre le carnet. Victor Hesse était un trafiquant d'armes international ainsi qu'un tueur professionnel. Anton, son petit frère, lui servait de garde-du-corps et d'homme à tout faire.
- Tu vas m'écouter attentivement, Steve. Nous avons tous les deux quelque chose d'important à perdre. Je t'offre un marché. Ton petit papa contre mon petit frère. Tout compte fait, cette offre est plus que généreuse.

Steve serrait tellement fort le téléphone contre son oreille que ses phalanges étaient blanches. Il se contrôlait également pour ne pas éclater la tête d’Anton qui le fixait en souriant bêtement. Il avait passé cinq ans à les pourchasser à travers tout le globe. Il tenait enfin un des frères Hesse certes pas le plus important mais il savait que celui-là le conduirait à Victor. Mais, il n'avait pas imaginé se retrouver dans ce genre de situation. Son père était retenu en otage par un tueur.
- Tu n'es pas assez idiot pour croire que je vais gober ça.
- Merci pour le compliment et je te le retourne. Toi non plus, tu n'es pas idiot.
- Victor, je te rappelle que nous ne négocions jamais avec les terroristes.



Maison des McGarrett, O'ahu, Hawaï.

Victor le gardait en ligne pour laisser le temps à son collègue de localiser le portable de McGarrett. Victor se tourna vers lui, une nouvelle fois, pour connaître la situation. Il lui chuchota de continuer à le faire parler. Le moniteur indiquait qu'il se trouvait en Corée du Sud mais il devait être plus précis que ça. La carte s'agrandit encore et la balise indiqua la position exacte de Steve et de son escouade. Il leva le pouce vers Victor signe que tout était bon pour passer à la phase suivante du plan. Il attrapa le téléphone satellite posé à côté de lui.
- Position triangulée. Le convoi est à treize kilomètres de votre situation.



Pohang, Corée du Sud.


Anton n'avait pas lâché son petit sourire arrogant ni quitter des yeux Steve. Il sentait que ce dernier commençait à perdre patience.
- Hors de question de négocier dans ces conditions, Victor.
- Ah bon, on négocie, répliqua Victor.
- Si il arrive quoi que se soit à mon père, tu perds toutes tes chances de revoir ton frère vivant.

Anton ravala temporairement son sourire. Il connaissait assez la réputation de McGarrett pour savoir qu'il ne mentait pas. Steve entendait au loin la voix de son père à travers le téléphone.
- Passez le moi, hurlait son père. Passez-moi mon fils. Je pense être capable de le faire changer d'opinion. Je suis son père, il fera ce que je lui dirais.

Steve serra un peu plus le téléphone contre son oreille. Il entendit des pas sur le parquet. Son père toussa. Une chaise racla sur le sol.
- Ecoute-moi Champion.
- Papa ? Je vais te sortir de là. Les renforts ne devraient pas tarder à arriver.
- Je te demande pardon pour t'avoir menti.
- Menti ? Mais menti sur quoi ? Qu'est-ce que tu racontes papa ?
- Je t'aime plus que tout, Steve. Je sais que je ne te l'ai pas dit souvent mais c'est la vérité. Quoi que ces gens veulent de toi surtout ne cède pas.

Steve entendit une chaise tombée et son père hurler qu'il ne devait pas céder.
- On ne joue plus, Steve. Je récupère mon frère.
- Je te jure que je vais te retrouver, Victor, et que je vais t'abattre comme un chien.

Il commençait à avoir du mal à entendre ce que lui disait Victor au téléphone. Des hélicoptères passèrent au-dessus d'eux. Anton se mit à rire. Steve le regarda, déconcerté.
- Hey... Boom, lui dit Anton.

Steve écarquilla les yeux. Il venait de comprendre dans quel piège il était tombé. Un des deux hélicoptères repassa au-dessus d'eux et tira un roquette sur la jeep qui se trouvait devant le camion. La voiture explosa sous l'impact. Le fourgon la contourna et accéléra. L'autre hélicoptère se posa devant eux. Des hommes en noir en descendirent et tirèrent au fusil mitrailleur. Ils abattirent les militaires qui conduisaient le fourgon. A l'arrière, Steve et les deux gardes s'armèrent et sortirent. Ils s'aperçurent que la jeep qui les suivait s'était arrêté sur le bas côté et commençait déjà à riposter. Steve traîna Anton derrière le fourgon pour le mettre en sécurité. Une nouvelle roquette fut lancée qui explosa la jeep restante. Steve eut juste le temps de se mettre à couvert. Ça tirait dans tous les sens. Steve et Anton se trouvaient à l'intérieur du fourgon. Il restait deux gardes à l'extérieur qui assurait la protection. Steve abattit un des hommes en noir. Un des militaires s'étala sur le sol, une tâche de sang s'étalant sur la jambe de son pantalon. Steve força Anton à enfiler un gilet pare-balle avant de le tirer en dehors du fourgon. Pour la sécurité de son père, il savait qu'il ne devait rien arriver à son prisonnier. Il devait aussi laisser le temps au policier hawaïen de se rendre sur les lieux. Il tira sur l'hélicoptère qui survolait toujours la zone tout en poussant Anton pour qu'il avance. Tout était en flamme autour d'eux. Des corps de militaires gisaient sur le sol. Steve se servait de son prisonnier comme bouclier humain. Il savait très bien qu'aucun d'eux ne tirerait sur le petit frère de Victor Hesse. Il tomba nez à nez avec un des hommes en noir. Il bloqua Anton contre lui. Un militaire qui reculait tout en tirant se retrouva dans la ligne de mire.
- Attention couche-toi, lui hurla Steve.

Mais trop tard. Le militaire tomba sur le sol, mort. Anton lui balança un coup de coude et parvint à s'échapper. Steve attrapa son fusil et vida le chargeur dans le corps de l'homme en noir. Anton se jeta sur le corps d'un des militaires et attrapa son pistolet. Il le braqua sur Steve.
- Non Anton, ne fais pas ça, cria-t-il.

Anton s'apprêtait à tirer mais Steve plus rapide lui tira une balle dans le cou. Le prisonnier s'étala sur le sol, s'étouffant dans son sang. Steve se jeta près de lui.
- Anton, tiens bon.

Il essayait de calfeutrer la blessure avec sa main mais des litres de sang s'écoulait de la plaie.
- Non Anton, reste avec moi.

Il était mort. Steve se frotta les mains sur son treillis pour retirer le sang. Il était toujours à genoux près du prisonnier. Son téléphone se mit à sonner dans sa poche de veste. Il se leva et regarda tout autour de lui. Des flammes. Des morts. Il décrocha en retenant sa respiration.
- Dis-moi où on en est ? Demanda Victor.
- Victor, écoute-moi.
- Je veux parler à Anton.
Steve n'arrivait plus à parler. Des larmes affluaient à ses yeux. Il savait au fond de lui que son père ne serait pas sauvé. Victor Hesse l'aurait tué même si il avait récupéré son frère.
- Il est mort c'est ça ?
- Victor attend.
- C'est ça ? Tu l'as tué ? Alors ton père aussi doit mourir.

Steve entendit un coup de feu et un corps qui tombe lourdement sur le sol. Il vit les voitures incendiées, les corps de ses coéquipiers et les hommes en noir abattus.
- Non, hurla-t-il avant de tomber.



Los Angeles, Californie.

Alyssa courait sur la marina tous les matins pour se maintenir en forme. Avec son MP3 attaché sur son biceps et ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, elle courait à un rythme soutenu. Elle s'arrêta près d'un banc et fit quelques mouvements pour assouplir ses muscles. Ses yeux verts se posèrent sur l'océan où des surfeurs attaquaient les vagues. Elle sourit en repensant à sa meilleure amie, Kono. Cette dernière avait failli devenir célèbre en surfant mais une blessure au genou avait eu raison d'elle. Elle s'assit sur le banc tout en continuant à regarder les vagues et les planches les combattre. Son téléphone vibra à sa ceinture. Elle sourit en découvrant le nom de son correspondant.
- Salut ma poulette, justement je pensais à toi, rit-elle. Les Californiens ne sont pas super doués pour le surf.

Une alarme s'alluma au fond d'elle lorsqu'elle entendit les reniflements de Kono.
- Qu'est-ce qui se passe ?
- John McGarrett a été tué ce matin à son domicile.

Alyssa était dévastée. Ce vieux brigand avait été tué. Elle était devenue flic grâce à lui et avait quitté Hawaï pour voler de ses propres ailes sur ses conseils. Elle essuya une larme qui coulait sur sa joue. Elle se revoyait petite fille jouant dans son jardin ou sautant sur ses genoux. Elle se rendit compte qu'elle avait toujours le téléphone collé à son oreille.
- Je vais prévenir Joe et je rentre à Hawaï.



A suivre...
Leeloo
Niveau 0
Niveau 0
 
Messages: 32
Inscription: Jeu 30 Oct 2014 10:20
Genre: Femme

Re: [Hawaï 5-0] Episode 1 : Nouvelle vie

Messagepar Leeloo » Sam 20 Déc 2014 13:45

O'ahu, Hawaï.

Sur la jetée, Steve se tenait face à l'océan, perdu dans ses pensées. Il n'avait pas entendu s'arrêter la voiture derrière lui. Une femme d'un certain âge en descendit.
- Commandant McGarrett ? Je suis le Gouverneur Jameson.
- Gouverneur, dit-il en lui serrant la main.
- Toutes mes condoléances.
- Je suppose que vous êtes venus me voir concernant l'enquête.
- Toute l'île est en état d'alerte.
- Vous savez aussi bien que moi que ça ne servira à rien du tout avec un homme comme Victor Hesse. Il sortira de sa planque seulement quand il saura comment quitter l'île. Dites-moi exactement ce que vous faites ici.
- J'ai décidé de vous confier la mission que vous vous êtes fixés.

Tout en discutant, ils parcouraient la jetée. Steve s'arrêta brutalement et se retourna sur Pat Jameson.
- Comment ça me confier ?
- Je vous explique, Commandant. La mort de votre père a été une sirène d'alarme pour moi. Le taux de criminalité de l'île est en hausse constante. Je veux créer une unité d'élite et je vous veux à sa tête.
- Vous ne me connaissez même pas et vous voulez me confier une unité, rit-il.

Elle s'arrêta à sa hauteur et le défia du regard.
- J'ai lu votre dossier, Commandant. Académie navale, cinq ans dans les Services Secret de la Navy et six ans dans les Forces Spéciales. Vos supérieurs n'ont que des éloges sur vous. Vous êtes leur meilleur élément.
- Je susi désolé de vous interrompre, Gouverneur. Mais pendant cinq ans, j'ai traqué Victor Hesse. Si il a été assez fou pour attaquer mon père c'est qu'il a une stratégie pour quitter l'île sans être repéré. Et il sait que je le sais. Alors j'ai encore moins le temps d'assister aux obsèques de mon père et encore moins pour parler avec vous. Excusez-moi.

Il remisa son képi et commença à s'éloigner sur la jetée. Pat le suivit en trottant derrière lui.
- Ce que je vous propose, Commandant, c'est de le coincer en toute autonomie et toute impunité. En clair, je vous laisse carte blanche à vous et à toute votre unité dont vous pourrez choisir les membres.

Steve se retourna et fit face à Pat. Elle s'arrêta tout près de lui et le regarda droit dans les yeux.
- Votre unité et vous pourrez faire tout ce que vous voulez mais vous me virez les types comme Hesse hors de mon île. Selon vos règles, sous ma protection, sans rendre de compte à personne je vous le promets. Et croyez moi quand je fais une promesse je la tiens.
- Je vais vous dire ce que je crois c'est que les élections approchent à grands pas.
- Quoi qu'il en soit ça ne m'empêche pas de me sentir responsable. Je connaissais très bien votre père alors j'en fais une affaire personnelle.
- Non merci, dit-il sèchement.
- Très bien, Commandant. Prenez quand même le temps d'y penser sérieusement. Je vous donne le numéro de ma ligne directe.

Il la regarda s'éloigner en rangeant dans sa poche la carte de visite qu'elle lui avait remis. Un jeune chinois sortit d'une petite bicoque avec un gros sac poubelle.
- Steve McGarrett ?
- On se connaît j'ai l'impression.
- Sans blague. Chin Ho Kelly.

Steve se dirigea vers lui, la main tendue. Il n'avait pas revu le jeune homme depuis dix-huit ans. Ils avaient grandi ensemble, suivi les mêmes études et fait parti de la même équipe de football américain. Ils avaient même dragué les filles ensemble.
- Tu étais un super quaterback, dit Steve.
- Tu plaisantes. Tu pulvérisais tous mes records à chaque fois.
- C'était il y a de nombreuses années, rit-il. Il y a prescription maintenant. Il paraît que tu es entré dans la police.
- Oui, j'étais avec ton père. Il m'a appris tout ce que je sais de ce boulot. Aujourd'hui, je ne suis plus flic.

Il montra son uniforme de vendeur de crevettes.
- Disons que la police d'Honolulu et moi avons eu un léger différend concernant ma manière de procéder. Ton père a été génial avec moi après mon départ ce qui n'a pas plu à tout le monde. Si seulement je savais comment payer ma dette envers ton père. Mais maintenant que tu es là ça change tout.
- Comment ça ?
- Le chef de la police a mis un nouveau du continent sur l'affaire de ton père. En clair, il ne sait pas comment ça fonctionne sur l'île.



Alyssa avait remisé sa courte robe noire pour un jeans et un tee-shirt plus confortable. La cérémonie avait été bouleversante. Elle s'y était retrouvée seule, Kono préférant se réfugier dans ses vagues avec sa planche et Chin se noyant sous ses tonnes de crevettes. Elle monta dans sa voiture de location et démarra. Elle roula jusqu'à la maison des McGarrett. Elle s'arrêta un peu plus loin dans la rue et descendit de voiture. Elle regardait à droite et à gauche pour voir si il n'y avait personne. Ce qu'elle avait l'intention de faire n'était pas quelque chose de vraiment très légal. Elle sortit son petit canif de sa poche et trancha le scellé sur la porte. Elle enfila des gants en latex et poussa la porte en se faufilant dans la maison. Elle parcourut la pièce des yeux. Il y avait un tel désordre qui régnait.
- John si tu voyais ta maison, rit-elle. Toi, si maniaque et méticuleux.

Elle entra dans le bureau et vit la silhouette à la craie sur le parquet. Une tâche de sang s'étalait à l'emplacement de la tête. Des larmes montèrent à ses yeux. Elle les refoula. C'était pas vraiment le moment de s'apitoyer. Elle ramassa une douille sur le sol qu'elle mit dans un petit sachet en plastique et mesura la trace de pas pleine de sang. Elle s'assit sur la chaise qui grinça légèrement. Elle ouvrit un tiroir et farfouilla dedans. Un raclement de gorge la fit sursauter. Elle releva la tête et vit un pistolet pointé sur elle. Au bout de l'arme se tenait Steve.
- Je peux savoir qui vous êtes et ce que vous faites chez moi ?
Leeloo
Niveau 0
Niveau 0
 
Messages: 32
Inscription: Jeu 30 Oct 2014 10:20
Genre: Femme


Retourner vers Base de données des fanfics

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron